OK

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus

Les sports alpins à la télévision, le grand frisson en 4K

Télévision

Le grand spectacle du blanc

La qualité de retransmission du sport à la télévision n’a plus rien à envier à celle des films à grand spectacle. En effet, les médias et fédérations sportives investissent massivement dans le matériel en multipliant les caméras, dont certaines mobiles, complétées parfois par des drones. En plus de l’action et des performances, qui ont déjà leurs saveurs propres, la proximité des sportifs à l’écran dynamise l’image et nous offre une dose d’adrénaline non négligeable. Toutefois, les sports alpins avec la dominance du blanc et la rapidité de l’action demandent de faire attention à certains points techniques que nous allons détailler pour vous.

La montagne sur grand écran

 

Pour profiter au mieux d’un grand spectacle, un très grand écran est toujours plus agréable. Pour une immersion optimale, un modèle 55’’ (140 cm) est un minimum, si vous avez la place chez vous n’hésitez pas à opter pour un 65’’ (165 cm). Ces tailles sont disponibles dans la gamme de téléviseurs incurvés Thomson D66. Les deux affichent une dalle délicatement incurvée pour se rapprocher d’un écran de cinéma. La courbure ne doit pas être excessive mais suffisante pour vous envelopper. Une immersion qui fait de vous un spectateur plus qu’un téléspectateur. En bonus, ces écrans sont dessinés avec beaucoup d’élégance et de finesse pour en faire des objets que l’on a plaisir à installer dans son salon.

 

Retranscrire les paysages neigeux

 

Sans surprise, les sports alpins se déroulent majoritairement en extérieur et dans des environnements montagneux où le blanc domine. Toutefois, si vous prenez bien le temps d’admirer le décor, vous verrez qu’il n’est pas uniforme : relief, arbres, touches de couleurs et de noir… auxquels s’ajoutent les sportifs. Dans ce contexte, la luminosité va rapidement devenir un point essentiel. Puissante, elle va non seulement jouer sur les nuances et l’intensité des blancs, mais aussi faire ressortir avec plus de profondeur les noirs et les couleurs. Ensuite, plus l’écran est lumineux, moins votre spectacle sera gêné par des reflets ou des effets de contre-jours. Vous n’allez pas regarder une descente de ski à bosse dans le noir ? Pour une pièce de luminosité normale, un produit affichant 300 nits suffit amplement. Plus est toujours appréciable, ce qui est le cas des écrans Thomson D66 qui affichent un score de 310 nits. Après la luminosité vient le taux de contraste. Cela semble anecdotique pour regarder une compétition de ski alpin, mais justement plus de contraste est aussi égal à plus de nuances, de détails à l’image.

Le sport une question de vitesse

 

Les sports alpins comme la luge sont des activités très rapides. Mieux vaut donc éviter les écrans qui risquent d’afficher une image saccadée ou floue, car ils n’arrivent pas à suivre l’action. Deux points sont à surveiller, la fréquence de rafraîchissement et le temps de réponse. Le premier mesure le nombre d’images que l’écran peut afficher par seconde. Plus il sera élevé, plus votre programme sera fluide et net. Ainsi, sur un Thomson D66, vous apprécierez chaque vague de neige qui suit le passage d’un skieur et chacun de ses gestes techniques. Le temps de réponse, lui, mesure la durée nécessaire à un pixel pour changer de couleur. Plus le chiffre, exprimé en milliseconde, est faible et plus l’écran réagira rapidement aux changements dans l’image. S’il est trop important, cela génère des effets de flou et donc une image moins précise. Accessoirement, les blockbusters ou les jeux vidéo sauront aussi en profiter au mieux. En ski alpin, et surtout en descente, la caméra utilise souvent de larges travelings particulièrement difficiles à rendre sans saccades à l’écran. Les téléviseurs Thomson D66 intègrent pour cela une compensation de mouvement.

 

La montagne en 4K

 

La 4K est la définition qui s’associe le mieux aux grandes tailles. De plus, il n’est plus rare que de grands évènements sportifs soient diffusés en 4K (via la fibre uniquement). Dans ce cas, vous profitez du meilleur de la technologie pour un spectacle hors du commun et un niveau de détails stupéfiant. Si vous n’avez pas de sources 4K, les téléviseurs comme les Thomson D66 vont alors transformer le signal Full HD de la TNT ou de votre box internet, en 4K. L’image de 1920 x 1080 pixels atteint alors une qualité de 3240 x 2160 pixels, pas aussi beaux qu’un signal 4K natif, mais qui apporte plus de finesse et de détails que la simple Full HD.

La musique des montagnes

 

Les écrans modernes sont souvent très design et affichent des épaisseurs minimes. Cela a souvent un impact sur le son qui a tendance à être en retrait comparé à l’image. Ajouter une barre de son peut être la solution pour obtenir un rendu audio de meilleure qualité. Un modèle comme la Thomson SB270IBTWS offre un son stéréo 2.1 complet. Son caisson de basse (sans fil) offrira de la profondeur aux plages sonores et la barre de son aux médiums et aux aigus. Qui sont alors aussi présents qu’équilibrés. Le tout est mis en scène par 300 Watts de puissance. Vous entendrez le vent des montagnes souffler dans vos oreilles. En bonus, elle est Bluetooth pour streamer sa musique et accepte les clés USB. Dernier raffinement, posez votre téléphone portable sur la surface de recharge à induction. Sa batterie reprendra rapidement du poil de la bête et cela vous évitera de rater les meilleurs moments en ayant le nez plongé dans votre mobile.

 

Smart TV

 

La SmartTV est souvent considérée comme accessoires. Pourtant, en passant par les applis comme Netflix, Amazon Prime, Google Vidéo directement avec sa télécommande de télévision est tout de même confortable. De plus, cela vous donne accès à des contenus inédits comme avec Red Bull TV qui propose de nombreux programmes à sensation captés en caméras embarquées (ski hors-piste notamment) et qui offre en général des sensations très fortes. Sinon, passez simplement par YouTube, où les vidéos sportives époustouflantes côtoient les historiques. De quoi vous occuper durant les coupures publicitaires ou quand la petite lucarne ne propose plus rien d’intéressant...